CULTURE

Femmes girafes : À la découverte des Ndebele d’Afrique du Sud

Le terme « femmes girafes » fascine et intrigue depuis des siècles. Loin d’être une espèce à part, il s’agit des femmes du peuple Ndebele d’Afrique du Sud, renommées pour leurs longs cous ornés de colliers en spirale. Cette tradition ancestrale, si particulière, est intimement liée à leur identité culturelle et continue de se perpétuer malgré les changements sociétaux.

Les Ndebele, un peuple à la riche culture

Originaires du Zimbabwe et d’Afrique du Sud, les Ndebele font partie du groupe ethnique Nguni. Leur culture, vibrante et colorée, se caractérise par un riche artisanat, une musique entraînante et des danses captivantes. Les femmes Ndebele, en particulier, jouent un rôle central dans la société, assumant des responsabilités importantes au sein de la famille et de la communauté.

Femmes girafes, la tradition des colliers en spirale : beauté et symbole

Dès l’âge de cinq ans, les jeunes filles Ndebele commencent à porter des colliers en laiton, ajoutant progressivement des anneaux au fil des années. Ces colliers, qui peuvent peser jusqu’à 5 kg, étirent le cou, lui donnant cette apparence allongée si caractéristique. Loin d’être une simple parure, les colliers en spirale symbolisent la beauté, la richesse et le statut social de la femme. Ils représentent également un passage à l’âge adulte et une marque d’appartenance à la communauté Ndebele.

femmes girafes

Des motivations multiples : esthétique, culturelle et spirituelle

Les raisons qui poussent les femmes Ndebele à porter ces colliers sont multiples. Pour beaucoup, il s’agit d’une question d’esthétique pure, un moyen d’affirmer leur beauté et leur féminité. D’autres y voient un symbole de leur culture et de leur héritage ancestral. La tradition des colliers en spirale est également ancrée dans des croyances spirituelles, certaines femmes y voyant un lien avec le monde des esprits.

Des défis et des interrogations

Si la tradition des femmes girafes attire les curieux et les touristes, elle n’est pas sans poser des questions. Le poids des colliers peut entraîner des problèmes de santé, notamment des douleurs cervicales et des difficultés respiratoires. De plus, certains critiques dénoncent une forme de mutilation corporelle et une atteinte à la liberté des femmes.

Femmes Girafes : Une tradition en pleine mutation

Aujourd’hui, la pratique des colliers en spirale tend à diminuer chez les jeunes générations Ndebele. L’accès à l’éducation, l’évolution des modes de vie et l’influence du monde extérieur incitent certaines femmes à remettre en question cette tradition ancestrale. Néanmoins, la culture Ndebele reste profondément ancrée dans ses valeurs et ses traditions, et les femmes girafes continuent de symboliser la beauté, la force et la résilience de ce peuple.

femmes girafes

FAQ

1. Pourquoi appelle-t-on les femmes Ndebele « femmes girafes » ?

Le nom « femmes girafes » vient de l’allongement de leur cou provoqué par le port de colliers en spirale, qui rappelle le long cou des girafes.

2. Toutes les femmes Ndebele portent-elles des colliers en spirale ?

Non, la tradition des colliers en spirale concerne principalement les femmes mariées. Les jeunes filles commencent à les porter à partir de l’âge de cinq ans, et le nombre d’anneaux augmente progressivement jusqu’au mariage.

3. Existe-t-il des risques pour la santé liés au port des colliers en spirale ?

Le poids des colliers peut effectivement entraîner des problèmes de santé, notamment des douleurs cervicales, des vertiges et des difficultés respiratoires. C’est pourquoi certaines femmes choisissent de les retirer après le mariage ou pour des raisons de santé.

4. La tradition des femmes girafes est-elle en voie de disparition ?

La pratique des colliers en spirale tend à diminuer chez les jeunes générations Ndebele, mais elle ne disparait pas pour autant. De nombreuses femmes Ndebele continuent d’assumer cette tradition comme un symbole important de leur identité culturelle.

Sources :


Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.