CULTURE

Afeni Shakur : Sa Vie, Son Héritage et son Influence Persistante

Afeni Shakur Davis, née sous le nom d’Alice Faye Williams le 10 janvier 1947, et ayant quitté ce monde le 2 mai 2016, s’est distinguée en tant qu’activiste politique et ancienne affiliée au parti Black Panther. Elle était également reconnue en tant que mère du rappeur et acteur américain, Tupac Shakur.

Afeni Shakur est née Alice Faye Williams le 10 janvier 1947 à Lumberton, en Caroline du Nord. Ses parents étaient Rosa Belle, une employée de maison, et Walter Williams Jr., un camionneur. Elle a partagé sa jeunesse avec sa sœur, Gloria Jean.

Les débuts de la vie d’Afeni ont été marqués par des difficultés. En raison de la violence de son père, elle a développé un ressentiment envers lui et envers les hommes en général. Elle avait le sentiment que sa mère était faible parce qu’elle ne se dressait pas contre les abus de son père. Après que sa mère ait pris la décision de quitter son père, Afeni et sa sœur ont déménagé avec elle en 1958, s’installant dans le Bronx.

L’ajustement au milieu éducatif n’a pas été facile pour Afeni, malgré les suggestions de ses enseignants que les arts du spectacle pourraient lui convenir. Elle a fréquenté la Bronx High School of Science. Cependant, elle s’est sentie attirée par la vie dans la rue et a embrassé une identité de combattante de rue. Ses affiliations l’ont conduite à devenir membre du groupe Disciple Debs à Harlem.

En 1968, à l’âge de 21 ans, elle a décidé de changer son nom pour devenir Afeni Shakur. Elle a puisé dans le langage Yoruba en choisissant « Afeni, » qui signifie « amoureux des gens, » et dans l’arabe en optant pour « Shakur, » signifiant « reconnaissant. » S’installant à Harlem, New York, elle a embrassé l’engagement politique en rejoignant le Black Panther Party. Dans cette période, elle a également contribué en écrivant pour le bulletin de nouvelles du parti, le Panther Post.

Afeni a émergé comme une figure centrale au sein du Black Panther Party, en menant des campagnes fructueuses qui ont laissé le FBI croire à tort que le parti déclinait. Ses efforts ont été particulièrement remarqués lorsqu’elle est devenue chef de section du Black Panther Party à Harlem. Elle a assumé un rôle de mentor auprès de nouveaux membres, jouant un rôle essentiel dans la formation de jeunes militants tels que Jamal Joseph, Cleo Silvers et Dhoruba Bin-Wahad.

En plus de son activisme, Afeni a tissé des liens significatifs avec d’autres personnalités au sein du mouvement. Parmi eux, on compte Billy Garland, le père biologique de Tupac, avec qui elle a collaboré. Elle a également travaillé en étroite collaboration avec Geronimo Pratt, qui est devenu le parrain de baptême de Tupac.

En avril 1969, elle et plusieurs autres membres des Black Panthers ont été appréhendés et inculpés pour une série d’accusations, incluant des allégations d’attentats contre des postes de police et d’autres lieux publics à New York.

Les charges retenues contre elle et les autres membres du Black Panther Party étaient graves, englobant des tentatives de meurtre, des complots en vue de commettre un meurtre, ainsi que des conspirations en vue de faire exploser des édifices publics. En février 1970, a débuté le procès préliminaire, suivi du procès complet le 8 septembre 1970. Notablement, le juge a écarté douze des trente chefs d’accusation lors du procès.

Afeni Shakur a fait le choix de se représenter elle-même devant le tribunal. Pendant le procès, elle était enceinte, et malgré l’absence de formation juridique formelle et une sentence potentielle de 300 ans de prison, elle a assumé le rôle d’interrogatrice des témoins et de plaidante devant le tribunal. Son courage et son dévouement ont été évidents.

Lors du procès, elle était déterminée à faire valoir sa propre cause malgré les circonstances difficiles. En mai 1971, après un procès qui a duré huit mois, Afeni Shakur et les autres membres du parti ont été acquittés, mettant fin à leur bataille judiciaire.

Au total, Afeni Shakur a connu deux années d’incarcération avant d’être finalement innocentée. Cette période difficile a été un test de résilience et de détermination, montrant sa force intérieure et sa dévotion à sa cause.

Son fils, Lesane Parish Crooks, est né le 16 juin 1971. L’année suivante, en 1972, son nom a été changé en Tupac Amaru, qui signifie « serpent brillant » en quechua.

Ce prénom a été choisi en hommage à Túpac Amaru II, un leader autochtone qui a dirigé la rébellion de Túpac Amaru II contre les Espagnols au Pérou entre 1780 et 1783.

Après avoir été acquittée de ses charges, Afeni Shakur a quitté le Black Panther Party. En 1975, elle s’est mariée avec Mutulu Shakur et a eu leur fille, Sekyiwa. Leur mariage a pris fin en 1982. En 1984, elle a déménagé avec ses enfants à Baltimore, Maryland, et a dû compter sur l’aide sociale pour subvenir à leurs besoins en raison de difficultés à garder un emploi.

Pour faire face à sa dépendance à la drogue, elle a déménagé en Californie, dans le comté de Marin, en 1989. Cependant, des problèmes personnels ont conduit son fils à quitter la maison à cette époque, bien qu’ils aient fini par se réconcilier.

Après son retour à New York en 1991, Afeni Shakur a réussi à surmonter sa dépendance à la drogue et a commencé à assister à des réunions des Narcotics Anonymous pour soutenir sa sobriété.

Afeni Shakur arrestation

En 2004, Afeni Shakur a uni sa destinée à celle de Gust Davis Jr. Au cours de cette même année, sa biographie intitulée « Afeni Shakur: Evolution of a Revolutionary » a vu le jour. Dans ce récit de sa vie, Afeni Shakur a introspectivement retracé ses expériences d’enfance et son parcours éducatif, ainsi que sa participation au sein du Black Panther Party. À travers les pages de ce livre, elle a souligné comment le parti a joué un rôle essentiel dans son éducation et comment il a canalisé sa colère en une énergie constructive.

Au sein de son autobiographie, elle a partagé le récit de sa rencontre avec des hommes du parti qui avaient une perspective différente sur le traitement des femmes noires. Notamment, elle a évoqué sa relation avec Lumumba Shakur, qu’elle a épousé en tant que deuxième épouse, et la manière dont elle a embrassé l’islam grâce à cette expérience.

Les pages du livre ont également retracé son vécu en détention et comment elle, avec d’autres détenus, a mis en place un fonds de mise en liberté sous caution pour venir en aide à des femmes incarcérées.

Malgré les tensions dans leur relation, Tupac a exprimé son respect pour sa mère dans sa chanson «Dear Mama».

À travers les paroles de cette chanson, il réfléchit sur sa propre enfance, abordant ouvertement les luttes et les dépendances d’Afeni, tout en exprimant avec tendresse son amour pour elle :

« Dans ta vie de mère célibataire dévouée, sur l’aide sociale, Comment as-tu fait ? Je ne peux pas tout réparer, mais je veux te montrer que je comprends, Te montrer que tu es précieuse. »

2PAC – DEAR MAMA

Les convictions révolutionnaires d’Afeni se sont reflétées dans la musique de Tupac. Avant son décès, Tupac a pris des dispositions pour assurer que sa mère reçoive un soutien financier de 16 000 $ par mois, en plus de lui avoir acheté une maison à Stone Mountain, en Géorgie. Afeni était également désignée comme co-exécutrice de la succession de Tupac, démontrant ainsi l’importance qu’il accordait à son rôle dans la gestion de son héritage.

Le rappeur Tupac et sa mère Afeni Shakur

Exactement un an après la mort de son fils, avec les revenus de ses albums sortis à titre posthume, Afeni Shakur a fondé la Fondation Tupac Amaru Shakur, basée en Géorgie, pour fournir des programmes artistiques aux jeunes et Amaru Entertainment, une société de portefeuille pour tout le matériel inédit de Tupac. Elle a été un réconfort pour de nombreuses mères en deuil après la mort de son fils Tupac et a voyagé à travers l’Amérique pour prononcer des discours lors d’événements. 

Elle a également lancé une ligne de vêtements de mode, Makaveli Branded. Afeni Shakur n’a pas participé à la production de All Eyez on Me, un film basé sur la vie de Tupac, car elle a été trahie par son avocat, qui a conclu un accord avec la société de production Morgan Creek contre son gré.

Lorsqu’elle a appris l’affaire, elle a congédié son avocat, en a embauché de nouveaux et a tenté de l’annuler; elle est allée au tribunal plusieurs fois, dépensant des millions de dollars (c’est la raison principale pour laquelle elle a dû vendre le Centre des arts Tupac Amaru Shakur), et a finalement réglé à l’amiable le procés. Toutefois, elle a du débourser une somme d’argent non divulguée après qu’il est devenu clair qu’elle n’obtiendrait jamais les droits commerciaux du film.

©️ Getty Images - Afeni Shakur

Le 20 juillet 2007, Afeni Shakur s’est présentée devant un tribunal fédéral avec pour objectif de déposer une injonction contre Death Row Records. L’objectif était de prévenir la vente de toute œuvre inédite de Tupac, puisque la société n’avait pas démontré que ces chansons non publiées ne faisaient pas partie de son arrangement de faillite approuvé par la justice.

Durant cette période, Shakur a parcouru les États-Unis en faisant des apparitions publiques et en animant des conférences. Le 6 février 2009, elle a prononcé le discours d’ouverture lors de la célébration du Mois de l’histoire des Noirs à l’Université Vanderbilt. À cette occasion, elle a partagé ses expériences en tant que femme et militante, offrant un aperçu de sa vie riche et engagée.

Tristement, Afeni Shakur s’est éteinte à l’hôpital de Greenbrae, en Californie, aux alentours de 22 heures, le 2 mai 2016. Son décès est survenu après qu’elle ait fait un arrêt cardiaque chez elle plus tôt dans la soirée. À l’âge de 69 ans, elle avait légué un héritage significatif. Ses restes ont été incinérés.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.