DIVERS

Victoria Montou : Une Héroïne Oubliée de la Lutte Anti-esclavagiste

De l’esclavage à la révolte

Esclave dans une plantation

Victoria Montou, également connue sous le nom de Toya, demeure une figure méconnue de la lutte haïtienne contre l’esclavage et pour l’indépendance. Son parcours tumultueux débute dans la plantation de café du colon Henri Duclos à Saint-Domingue, l’actuelle Haïti. Exploitée durement aux côtés de Jean-Jacques Duclos, futur Jean-Jacques Dessalines, Toya partage avec ce dernier une aversion profonde pour l’esclavage et une détermination à combattre les maîtres oppressifs.

Une alliance forgée dans la résistance

Victoria Montou, plus âgée que Jean-Jacques Dessalines, devient sa tutrice, lui transmettant non seulement des éléments de culture africaine, mais aussi les techniques de combat au corps à corps. Leur lien fort et leur esprit insoumis suscitent la méfiance d’Henri Duclos, conduisant à leur séparation. Toya est transférée à l’habitation Déluger, tandis que Jean-Jacques Dessalines est vendu à un certain Dessalines, adoptant ainsi son nom futur.

Victoria Montou, chef d’une révolte silencieuse

Dans son nouveau domaine, Toya ne cesse pas de résister. Elle est mise à la tête d’un groupe d’une cinquantaine d’esclaves et devient une force charismatique et autoritaire, comme le décrit le médecin français Jean-Baptiste Mirambeau. Son leadership se manifeste dans la répartition des tâches aux champs, symbolisant une forme d’insoumission au quotidien.

Cette image est un tableau représentant une femme haïtienne noire. Elle est vêtue d'une chemise blanche décolletée et porte un foulard sur la tête ainsi qu'un long collier. Assise, elle tient entre ses mains une assiette remplie de fruits, avec notamment un ananas.
Portrait d’une femme haïtienne – 1786

La révolution haïtienne : Toya, actrice de l’indépendance

Les prémices de la révolte

La révolution haïtienne éclate en 1791, marquée par la célèbre Cérémonie du Bois-Caïman. Jean-Jacques Dessalines, devenu lieutenant du général Toussaint Louverture, se joint à la lutte contre l’esclavage et la France. Cependant, en 1802, Napoléon rétablit l’esclavage, déclenchant un revirement chez Toussaint Louverture. Jean-Jacques Dessalines, fidèle à sa conviction antiesclavagiste, se soulève contre les Français.

Victoria Montou, guerrière de la liberté

Victoria Montou, de son côté, s’engage activement dans la révolution. À la tête d’une petite troupe d’anciens esclaves, elle prend les armes et participe aux combats. Sa bravoure est immortalisée par le médecin Mirambeau, qui relate son arrestation après un combat acharné contre les forces françaises.

La reconnaissance posthume pour Victoria Montou

Victoria Montou, duchesse impériale

Jean-Jacques Dessalines proclame l’indépendance d’Haïti en janvier 1804 et couronne Toya en tant que duchesse impériale. Bien que victorieuse, la vie de Victoria Montou est éphémère. En 1805, sa santé décline rapidement. L’empereur Dessalines, reconnaissant envers celle qu’il considère comme sa tante, veille à ce qu’elle ait des funérailles officielles.

Un dernier adieu à une héroïne

Malgré les efforts du médecin Mirambeau, Victoria Montou s’éteint en juin 1805. L’empereur Dessalines, soucieux de lui rendre hommage, organise des funérailles officielles, soulignant ainsi la contribution indéniable de Toya à la victoire contre l’oppression. Son héritage perdure, rappelant à tous la force des combattants anonymes de l’ombre qui ont façonné l’histoire d’Haïti.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.